Votre cabinet reste ouvert même en période de confinement

Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > COMMENT SE CONSTRUISENT LES BASES DE LA CONFIANCE EN SOI ?  

COMMENT SE CONSTRUISENT LES BASES DE LA CONFIANCE EN SOI ?  

Le 14 mars 2021

 

Les bases de la confiance en soi.

 

En 1761, dans La Nouvelle Héloïse, Jean-Jacques Rousseau écrivait « Nul ne peut être heureux s'il ne jouit pas de sa propre estime ».

Cela paraît évident mais comment être doué de cette estime de soi ?

Nous allons voir que la confiance en soi est quelque chose qui se construit. Le narcissisme est un capital d'amour que l’on a pour soi ou que l'on a pour autrui. Il s’élabore dès la petite enfance notamment dans la relation aux parents. Au début de sa vie, le bébé ne peut ni s’aimer ni aimer l'autre car il ne se vit pas encore comme « un ». Il a de lui-même un vécu morcelé. C'est grâce au contenant que sa mère lui apporte avec les paroles et les soins qu'il va se rassembler et sentir son unité. Il va alors se vivre comme centre du monde et se sentir tout-puissant. Il va commencer à s'aimer. Lorsque ce temps-là se passe mal, cela risque d'entraîner des troubles psychologiques très graves.

Puis peu à peu la mère répondant moins immédiatement à son enfant, le bébé réalise qu'elle a une existence propre.  Il découvre ainsi la réalité à l'extérieur de lui puis va agir sur celle-ci, l'investir et ainsi choisir des objets d'amour. C'est donc à cette époque qu'il va s'attacher à des personnes et à des choses. Il va commencer à aimer ce et ceux qui l'entourent. On peut dire que le narcissisme a commencé à s'élaborer, avec tout d'abord la capacité de s'aimer soi-même, puis celle d'aimer l'autre. Ainsi l’on comprend que chez un enfant, la capacité à s’aimer, le sentiment de sa propre valeur ne sont pas innés mais se construisent. Mais cette construction ne se fait pas en solitaire. Elle s’élabore dans la relation aux autres en particulier dans la relation aux parents.

Que faut-il faire pour qu'un enfant pense qu'il a une valeur ?

Il faut qu'il soit certain d'avoir une valeur pour ses parents.

Cela est possible à condition que :

- il soit certain de compter pour ses parents,

- il sente qu'il compte comme un comme un être unique, singulier

- il compte comme « un » qui a une valeur.

Il faut l'accepter pour ce qu'il est et le respecter comme tel. Il est important que l’enfant se sente respecté dans son corps (son intimité, sa pudeur) et dans ses désirs et sa parole (en l’informant de ce qui le concerne et en prenant ses désirs au sérieux).

Est aussi très important ce que les parents pensent d’eux-mêmes. En effet, il est difficile de penser que l’on est un enfant bien si on a des parents qui ne se pensent pas bien.

A l'âge adulte, on voit la solidité du narcissisme à la capacité à résister aux épreuves qui viennent porter atteinte à l'image de soi. Tout cela peut se travailler en psychothérapie.

Quand dans son enfance, on a acquis grâce aux yeux de ses parents on est à même de relativiser ses échecs.