Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Faire le point sur les addictions sans substance

Faire le point sur les addictions sans substance

Le 13 septembre 2021

Les risques des jeux vidéo sur Internet.

 

Les jeunes et les jeux vidéo

Les jeux vidéo, sur console ou ordinateur, et les jeux sur Internet sont très largement pratiqués particulièrement par les jeunes et plus encore par les garçons et les hommes.

Ils suscitent souvent une véritable passion. Le jeu provoque un sentiment d’identification très puissant. Ainsi, l'univers virtuel peut devenir aussi important que le réel. Si certains jeunes ont simplement besoin de nouer des liens, d'autres recherchent l'excitation et les sensations et ils désirent être reconnus comme de grands joueurs. Chez certains enfants ou adolescents, le jeu conduit à l'effondrement des performances scolaires. Le jeune peut s'en soucier d'autant moins que le jeu lui apporte des gratifications.

 

Les dangers de l'addiction aux jeux

Si le fait de jouer peut être positif pour les sujets bien intégrés socialement, il est négatif -voire dangereux- pour ceux qui sont isolés ou qui souffrent de difficultés psychologiques.

En effet, l'immersion dans le virtuel peut amener à la perte de contrôle de soi et à la perte des contacts avec la réalité.

Ce sont les jeux en ligne « à univers persistant » qui sont les plus addictifs, car le jeu ne s'arrête jamais et certains joueurs ne supportent pas que le jeu puisse vivre sans eux.

 

Prévenir le jeu excessif

L'information sur les risques liés aux jeux se développe et elle est essentielle. Avec les jeunes, il est important de mettre en valeur leurs compétences, de les informer sur les aspects technologiques, de soutenir le développement de leur esprit critique, leur autonomie de pensée et leur capacité à débattre et argumenter. Le rôle des parents reste primordial : limitation du temps, médiation, vérification du contenu lors de l'achat du jeu, information sur les risques d'utilisation excessive, temps de discussion à propos du contenu des jeux et des programmes. Les écoles devraient aussi mettre en place des interventions par des professionnels. Les adolescents en difficulté avec le jeu devraient pouvoir trouver des interlocuteurs grâce à un numéro vert ou trouver de l’aide en ligne comme cela existe par exemple au Canada (youthbet.com).

 

Prévenir et traiter l'usage excessif des écrans à l'adolescence

 

Le jeu vidéo support de construction de soi ou fuite de la réalité ?

Deux types d'interaction existent : les interactions sensorielles et motrices et les interactions émotionnelles et narratives.

Dans les interactions sensorielles et sensorimotrices, le joueur est occupé à faire disparaître certains objets sur son écran. Les émotions sont alors primaires (angoisse de morcellement ou de désintégration, colère, dégoût). Elles sont archaïques. Le joueur vit des temps de régressions. Lorsque ces interactions sont exclusives, le jeu devient une activité mentale compulsive et dissociée.

Dans les interactions émotionnelles et narratives, le joueur réfléchit avant d'agir. Il y a identification et aussi empathie. Les angoisses mises en jeu sont œdipiennes. Il s'agit d'abattre un ennemi pour prendre sa place. Il joue comme on lit un roman et il entre dans un parcours initiatique.

 

Quand parler « d'addiction aux jeux vidéo » ?

L'addiction désigne la capacité à contrôler son impulsion.

La grande majorité des adolescents joueurs excessifs cessent spontanément de jouer sans modération à la fin de leur crise d'adolescence pour devenir des joueurs raisonnables et capables de se contrôler. Cela vient du fait que le contrôle de l'impulsion est acquis vers 25 ans. Par contre, l'adulte qui présente une addiction aux jeux vidéo souffre de troubles psychiques qu’il faut soigner.

 

Conduites à tenir.

Le passage au jeu excessif est souvent le signe d'une souffrance psychique. Il peut se déclencher à la suite d'un échec sentimental, de violence scolaire, d'un déménagement, de la séparation des parents... Il faut se soucier des écrans dès la maternelle, cadrer son enfant car il n'a pas encore lui-même la capacité de s'autoréguler et échanger avec lui sur les jeux qu'il affectionne. En cas d'addiction, il est nécessaire de consulter. Le psychologue évaluera si la consultation est d'ordre individuelle ou s'il vaut mieux faire une thérapie familiale.

Vous pouvez contacter votre psychologue Laurence Anno situé à Brunoy, proche de Yerres au 01 88 24 83 23 ou directement sur mon formulaire de contact.